Le Corbusier et Léger. Visions polychromes. Cité radieuse Le Corbusier, Briey-en-Forêt _ 20 mai au 24 septembre 2017

web_lecorbu067.jpg.crop_display
Façade Polychrome de “La Cité Radieuse” Le Corbusier de Briey en Forêt © Photo Pascal Volpez © F.L.C. / ADAGP, Paris, 2017.

Le Corbusier et Léger. Visions polychromes
La Première Rue, Cité radieuse Le Corbusier, Briey-en-Forêt
20 mai au 24 septembre 2017

En dialogue avec la rétrospective Fernand Léger. Le Beau est partout au Centre Pompidou-Metz, l’exposition Le Corbusier et Léger. Visions polychromes, présentée à la Cité radieuse de Briey, invite à redécouvrir le bâtiment iconique de Le Corbusier situé à 40 minutes de Metz. L’exposition, conçue en partenariat avec l’association La Première Rue et le Val de Briey, relie la pensée de l’architecte à celle du peintre, révélant leur longue amitié marquée par une célébration commune de la couleur.
Après avoir découvert la région sur le front de Verdun pendant la Première Guerre mondiale, c’est à Briey, en 1940, que Fernand Léger imagina le décor d’un centre d’aviation populaire. Ce projet de démocratisation de l’aéronautique, interrompu par la guerre, trouve un écho tout particulier dans la passion de Le Corbusier pour ce qu’il nommait les machines à voler. Quelques années plus tard, c’est au tour de l’architecte d’explorer la Lorraine, en expérimentant la polychromie dans la construction de la manufacture de Saint-Dié, avant d’ériger son Unité d’habitation à Briey dans les années 1950.
Léger et Le Corbusier se rencontrent au café de La Rotonde à Montparnasse en 1920, année fondatrice pour la revue de l’Esprit Nouveau, initiée par l’architecte avec le peintre Amédée Ozenfant et ouverte à un large spectre d’intérêts, énumérés en première de couverture : « architecture, peinture, musique, sciences pures et appliquées, esthétique expérimentale, esthétique de l’ingénieur, urbanisme, philosophie, sociologie économique, sciences morales et politiques, vie moderne, théâtre, spectacle, sports, faits ». Fernand Léger participe de façon sporadique à la publication ; dans une émission consacrée au peintre, Le Corbusier se souvient de ce moment charnière : « Nous sommes devenus bons amis. De [Charles-Edouard] Jeanneret je suis devenu Le Corbusier et on s’est dit tu. » En 1925, il invite Léger à accrocher une toile dans son Pavillon de l’Esprit Nouveau à l’occasion de l’Exposition internationale des Arts décoratifs. Lors de l’Exposition internationale des arts et techniques modernes en 1937, Léger contribue au Pavillon des Temps Nouveaux de Le Corbusier avec la réalisation d’un photomontage monumental.
S’ils ne collaborent qu’à quelques reprises, leurs échanges influencent de manière décisive le rôle qu’ils accordent à la polychromie dans leurs réalisations respectives. Fernand Léger, apprenti dès 16 ans dans un cabinet d’architecture, nourrit un intérêt précoce pour ce domaine. Convaincu de l’interdisciplinarité des arts, il milite en faveur d’une “entente à trois” entre le mur, l’architecte et le peintre. « Comment créer un sentiment d’espace, de rupture des limites ? Tout simplement par la couleur, par des murs de différentes couleurs. (…) La couleur est un puissant moyen d’action, elle peut détruire un mur, elle peut l’orner, elle peut le faire reculer ou avancer, elle crée ce nouvel espace. » affirmait-il. Animé d’un même désir pour la couleur, Le Corbusier estime pour sa part dans son Almanach d’architecture moderne, qu’ « entièrement blanche, la maison serait un pot à crème. »
À travers un riche ensemble de documents d’archives – revues, films, photographies, correspondance, etc. – nombre de leurs projets liant architecture et peinture, parfois méconnus, sont mis en lumière. L’exposition s’ouvre également aux réflexions contemporaines interrogeant la place de l’artiste et de la couleur dans la cité.
Le film Dammi i colori, réalisé en 2003 par Anri Sala, entre fortement en résonance avec les projets polychromes présentés dans l’exposition. Il offre un parcours critique à travers un Tirana multicolore, fruit du désir artistique et politique d’Edi Rama, artiste et ancien maire de la capitale albanaise, « de redonner un sens à la beauté, l’harmonie, au plaisir de vivre ensemble ».
Plus de trente étudiants de l’Ecole Supérieure d’Art de Lorraine, dirigés par les professeurs et artistes Agnès Geoffray et Marco Godinho, interagissent avec le parcours et réactivent les idéaux de ces deux maîtres de la modernité. Ils revisitent leurs échanges épistolaires et s’immiscent dans la Cité radieuse pour y infiltrer des gestes artistiques en devenir.
Commissariat :
Elia Biezunski, chargée de mission auprès de la Directrice au Centre Pompidou-Metz
Anne Horvath, chargée de coordination et de recherches au Centre Pompidou-Metz
La Première Rue
Cité radieuse Le Corbusier
131 Résidence Le Corbusier
1er étage
54150 Briey-en-Forêt
+33 (0)3 82 20 28 55

900x720_2049_5081

Anuncios
Esta entrada fue publicada en 00_General Informations, 04_LC News, 07_Exhibitions y etiquetada , , , , . Guarda el enlace permanente.

Responder

Por favor, inicia sesión con uno de estos métodos para publicar tu comentario:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión / Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión / Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión / Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión / Cambiar )

Conectando a %s